Partager:

Que veut dire open source ? Une définition à travers le cas du PIM

30/01/2020  Product Information Management
Avatar Elsa Benaiche
Image

Face à la multiplication des canaux de vente, les logiciels de gestion de l’information produit plus communément appelés PIM sont aujourd’hui essentiels dans le déploiement de toute stratégie omnicanale. Centraliser l’information produit, accélérer le time to market, optimiser l'expérience client, si les promesses du PIM sont nombreuses, encore faut-il choisir un PIM parfaitement aligné avec la stratégie de l’entreprise. Sur le marché du PIM, deux modèles de licences coexistent : le PIM propriétaire et le PIM open source !

Dans l’imaginaire collectif, on confond à tort open source et gratuité. Il est temps de déconstruire les idées reçues sur ce modèle. Quel que soit son coût, un PIM n’est pas une dépense, mais bien un investissement pour gérer efficacement l’information produit de l’entreprise.

Pour qu’il soit un réel allié de la stratégie produit de l’entreprise, mieux vaut faire un choix éclairé et comparer attentivement les différentes solutions PIM présentes sur le marché. Quelles réalités se cachent derrière l’expression open source ? Qu’est-ce qui différencie le PIM propriétaire du PIM open source ? Face à ce marché dynamique et en constante évolution, découvrez les notions et concepts à connaître absolument pour choisir un PIM adapté à vos besoins.

Le PIM open source n’est pas gratuit

Selon l’étude menée par le cabinet PAC et des chercheurs des IAE de Valenciennes et Lyon, 82% des entreprises perçoivent l’open source comme un moyen de mutualiser et de réduire les coûts de développement1. Des chiffres qui montrent la ténacité des préjugés sur la gratuité de l’open source. Aujourd’hui encore, nombreuses sont les entreprises qui pensent qu’un PIM open source est “un PIM entièrement gratuit”. Un mythe que déconstruit la réalité du marché.

différence entre PIM open source et gratuité

Un logiciel PIM n’est pas aussi facile à mettre en place qu’un logiciel de traitement de texte. C’est une solution complexe qui nécessite d’effectuer différentes opérations : une installation sur un serveur ou dans une infrastructure cloud, du paramétrage (définition du modèle de données, reprise de l’existant, organisation des différents droits et rôles…), de la formation destinée à différents profils, de l’intégration (interactions avec le système d’information, mise en place de connecteurs, définition de process d’import ou export), de l’accompagnement (conduite du changement, ateliers de travail, échanges techniques, gestion de projet…) ou encore des développements spécifiques. Une fois le projet démarré, il faut également garantir l’hébergement, l’exploitation de la solution (dédiés ou dans le cadre d’une offre cloud), le support sans oublier la mise à jour vers les nouvelles versions.

Pour mener à bien ces différentes actions, les éditeurs de PIM proposent différents modèles d’organisation et des logiques économiques variées.

Ainsi, si les éditeurs open-source présentent des versions dites « gratuites », ces dernières ne comprennent aucune des prestations citées précédemment. Elles sont dans le meilleur des cas disponibles en option, mais le plus souvent, il est nécessaire de souscrire à une version payante pour accéder à certains services tels qu’un support professionnel ou des fonctionnalités essentielles en entreprise. En effet, comme toute entreprise, un éditeur doit obligatoirement assurer la viabilité économique de son activité2 : ainsi, ce qui n’est pas facturé sous forme de « licence » est facturé sous forme de « service », et la version « gratuite » n’est souvent qu’un appât vers la version payante.

Pour comparer les coûts entre différents logiciels, il est donc conseillé d’analyser l’ensemble des postes et de comparer des solutions qui garantissent le périmètre fonctionnel et le niveau de service attendus par l’entreprise.

PIM open source vs PIM propriétaire, quelle différence ?

Ce qui différencie le modèle open source du modèle propriétaire, c’est l’accès au code source. Dans le cadre du modèle open source, la licence associée au logiciel permet généralement d’utiliser, étudier et modifier le code source. Si cette réalité du modèle open source séduit par son principe, quel est l’intérêt d’un tel modèle pour l’entreprise ?

D’après une enquête menée auprès de 117 organisations en France3, les principales motivations d’adoption d’un logiciel open source sont la personnalisation et l’indépendance technologique. Un fait qui s’observe largement dans le monde professionnel. En choisissant un PIM open source, les entreprises expriment une volonté de customiser et personnaliser le PIM selon leurs besoins. Dans ce cas, c’est l’entreprise elle-même ou son intégrateur qui modifie et enrichit le code pour faire ses développements spécifiques (personnalisations, intégrations…). Et c’est bien là le problème !

définition pim open source et pim propriétaire

Selon cette même enquête1, l’un des trois principaux freins à l'adoption d’un logiciel open source est le manque de compétences techniques et juridiques. En effet, rares sont les entreprises qui disposent des compétences techniques et des ressources mobilisables pour développer leur PIM “sur mesure”. Les entreprises sont ainsi le plus souvent dépendantes d’un partenaire intégrateur en plus d’être dépendantes de l’éditeur du PIM. Une réalité qui a des impacts d'autant plus forts au moment des montées de version.

En effet, lors de l’élaboration d’une nouvelle version, l’éditeur n’a pas connaissance de l’exhaustivité des développements réalisés par ses clients et leurs intégrateurs. C’est pourquoi, il ne peut pas garantir leur compatibilité avec les évolutions qu’il réalise. Ainsi, les développements parallèles effectués par l’entreprise ou son intégrateur vont immanquablement engendrer des difficultés au moment de migrer vers une nouvelle version du logiciel. Pour bénéficier des nouvelles fonctionnalités de l’outil et conserver le support, l’entreprise ou son intégrateur sont contraints, à chaque nouvelle version, de vérifier et d’adapter l’ensemble des développements qui ont été effectués précédemment.

Dans le cadre d’un PIM propriétaire, c’est uniquement l’éditeur qui va customiser et personnaliser la solution de manière à répondre aux besoins spécifiques du client. L’éditeur a ainsi connaissance de l’ensemble des développements qui ont été réalisés dans le passé et peut garantir leur compatibilité avec les nouvelles versions. Par ailleurs, il est fréquent que pour répondre à un cas d’usage de l’entreprise, l’éditeur ajoute un ou plusieurs modules à la version commune et permette ainsi à l’ensemble de ses clients de bénéficier de ces nouvelles fonctionnalités. Enfin, l’éditeur garantit également la maintenance des développements du client et les montées de version successives de son logiciel.

Face à ces problématiques de montée de version, il est aujourd’hui recommandé de mettre en place autant que possible des architectures basées sur l’utilisation d’API (Application Programming Interface). Ces dernières définissent des interfaces standardisées et contrôlées pour permettre d’enrichir et contrôler des applications sans entrer dans le code source. Pour l’entreprise qui recherche à la fois un PIM et une réponse à son besoin de personnalisation, il est bien plus important de savoir si le produit qu’elle souhaite utiliser dispose d’une API que d’un libre accès à son code source. Enfin, il faudra bien évidemment analyser en détail les fonctionnalités mises à disposition par cette API pour s’assurer qu’elles permettent d’accomplir les tâches souhaitées.

Aujourd’hui, le modèle propriétaire reste le modèle privilégié des entreprises. Un choix assumé pour le développement d'Alpia notre solution de gestion de l’information produit. En gardant la maîtrise de notre code source, nous souhaitons faire bénéficier pleinement notre clientèle des évolutions du PIM Alpia. C’est pourquoi nous intégrons au maximum les développements spécifiques dans le noyau. De cette manière, nous faisons évoluer continuellement les fonctionnalités d’Alpia en complément de notre propre roadmap. Alpia est disponible en version cloud notamment.


1Fouquet , C. (2017, 12). Etude sur l'impact du logiciel libre / Open Source en France en 2017-2021. syntec-numerique.fr.

2Gros, M. (2019, 12). Recap 2019 open source : Trouver le bon modèle économique reste difficile.lemondeinformatique.fr

3Beky, A. (2019, 12). Open Source : la France a une longueur d’avance sur ses voisins. silicon.fr

A lire aussi
PIM DAM ou comment améliorer votre expérience produit ?
Product Information Management

PIM DAM ou comment améliorer votre expérience produit ?

À l'heure du tout digital, les entreprises cherchent de plus en plus à tirer le meilleur parti de leurs datas. Pour relever les défis liés à la dématérialisation des processus, les logiciels de gestion de l'information se multiplient aussi rapidement que les données en entreprise.

Lire la suite
Le PIM : accélérateur de croissance du e-commerce ?
Product Information Management

Le PIM : accélérateur de croissance du e-commerce ?

Avec l’avènement du numérique, les ventes en ligne connaissent une croissance exponentielle : le volume des ventes issues de l’e-commerce augmente trois fois plus vite que les ventes physiques, un phénomène qui n’est pas sans impact sur le parcours d’achat clients...

Lire la suite
Bien réussir son projet PIM
Product Information Management

Bien réussir son projet PIM

La mise en place d'un outil PIM s'inscrit dans une dynamique de refonte du référentiel produit et d'évolution du système d'information d'une entreprise. Quelques conseils pour mener à bien ce type de projet.

Lire la suite